Roma 2003 | Intersteno Italy | Internet contest
 
 


Statute - Comments after Prague 2007

Propositions italiennes Jan. 2006

Proposition finale 27/03/03

Résumées propositions

Proposition pour un nouveau Statut

Réflexions concernant les statuts

Constitution Roma 2003




RÉFLEXIONS CONCERNANT LES STATUTS DE L'INTERSTENO

Par Fausto Ramondelli - Président

Traduction Gabrielle Fasnacht

Remarques préliminaires

Le Congrès Intersteno de 2003 se propose de poursuivre le processus de réforme entrepris également sous l’impulsion du Groupement national italien à l’occasion du Comité central qui s’est déroulé à Palerme en l’an 2000.

La réforme de l'Intersteno ne peut pas éviter d’appliquer les procédures définies par les statuts de la Fédération, en particulier en leur article 16 qui, pour les modifications statutaires, prévoit la votation qualifiée par les 2/3 des votes exprimés lors d’une assemblée extraordinaire convoquée par le comité exécutif (le président, 5 vice-présidents et le secrétaire général), dont la validité est réalisée par la présence des ¾ des Groupements nationaux.

La réforme d’une personne morale jouissant d’une histoire comme celle de l’Intersteno ne peut pas être réalisée épisodiquement. Il est nécessaire de placer les propositions en vue de la revision des statuts sur quelques "idées" et ensuite seulement d’articuler le détail des amendements. L'intention du présent document est de fournir une base de discussion, tout d’abord à l’égard des membres du Comité central en vue de la réunion annuelle qui se déroulera en septembre 2002. À cette occasion, il sera possible de définir une proposition globale de modification des statuts qui sera soumise à l’approbation de l’Assemblée extraordinaire qui devra être convoquée à l’occasion du Congrès de Rome.

Les finalités de l'Intersteno

Il est nécessaire, avant tout, d’adapter la liste des finalités que se propose l’Organisation, en tenant compte du fait que, depuis un certain temps déjà, les instruments disponibles en vue du traitement de la communication réalisent de notables progrès, surtout dans leur aspect technologique : il serait donc regrettable de restreindre l’intérêt de la Fédération à la dactylographie et à la sténographie, deux disciplines qui représentent, en quelque sorte, le patrimoine historique culturel et la base intellectuelle de la profession de rédacteur de comptes rendus. Le risque concret existe que la technologie poursuive son inéluctable chemin, nous laissant derrière elle à nous demander pourquoi nos espaces se réduisent. Les prodigieux développements d’Internet connectés à la puissance des ordinateurs, le formidable impact des télécomunications sur la société, la digitalisation progressive des événements (audio, vidéo, images), la demande constante d’informations, la globalisation de la vie sociale, proposent un concept de comptes rendus beaucoup plus étendu que par le passé. Le professionnel de la comunication est aujourd’hui appelé, en plus de ses capacités, à utiliser conjointement les outils à sa disposition, rendant les événements disponibles dans le monde entier sous des formes diverses, pour des utilisateurs divers. Les comptes rendus sur Internet, le sous-titrage télévisuel pour les malentendants, la diffusion sur le web de films et d’enregistrements (webcasting), l'emploi de la reconnaissance vocale, la synchronisation de l’audio et de la vidéo avec le texte, la vidéoconférence, sont uniquement quelques exemples de la manière dont s’est élargi le marché des services, eu égard à ceux où le procès-verbaliste (au sens large) doit ou peut être le protagoniste.

Il est donc indispensable que l'Intersteno offre le terrain culturel et scientifique dans lequel les professionnels du compte rendu du monde entier trouvent stimulations et réponses adéquates. Un effort particulier doit être fait pour impliquer les jeunes intéressés par l’activité du compte rendu en développant par exemple des initiatives de formation et de mise à jour professionnelle, et les entreprises de comptes rendus nées dans quelques pays ces dix dernières années, étant conscients que l’exigence du compte rendu ne manquera pas de se présenter également dans les pays où, actuellement, la demande est faible.

La structure de l'Intersteno

L'articulation de l'Intersteno en une Fédération de Groupements nationaux présente des limites d’efficacité et de représentativité qui doivent être affrontées avec courage et confiance. La majorité des Groupements nationaux reflètent l’histoire des associations locales plus ou moins importantes qui, toutefois, ne parviennent pas à représenter l’éventail des personnes qui seraient potentiellement intéressées par l’activité de la Fédération. L'honnêteté intellectuelle nous oblige à reconnaître que dans de nombreux cas les associations nationales confrontées à de multiples difficultés ne réussissent pas à apporter pleinement à l’Intersteno les conquêtes scientifiques et technologiques liées à l’activité de rédaction de comptes rendus et parfois, précisément, finissent par devenir un frein et un obstacle eu égard aux phénomènes professionnels et culturels qui, cependant, existent dans tous les pays, mais qui demeurent étrangers à notre Organisation.

Il est cependant nécessaire de renforcer les possibilités d’adhésions individuelles à l’Intersteno, au travers d’une transformation en Association Internationale, à laquelle des associations locales, des étudiants, des professsionnels, des enseignants et institutions participent indépendamment d’un rattachement national. L'association devrait offrir à chaque adhérent une raison valable pour qu’il paie une cotisation : de l’information au partage de projets scientifiques et formatifs, des concours internationaux à l’élargissement des opportunités de travail, à l’accès à des forums et réseaux d’assistance virtuelle.

Les organismes statutaires

Une nouvelle structure associative requiert également une modification des fonctions des organissmes statutaires. La nécessité a déjà été fréquemment évoquée de doter l’Organisation d’une direction plus stable et efficiente, qui puisse gérer les activités associatives de façon continue afin de conférer une satisfaction dynamique aux exigences des adhérents. L’image de Président, liée jusqu’ici étroitement à l’organisation du Congrès biennal, doit assurer un rôle conducteur et jouir de la confiance des associés de s’y consacrer, au travers de formes plus ou moins médiates d’élection.  L’image de Secrétaire général, la seule stable dans l’ordonnancement actuel, doit s’accompagner d’autres membres exécutifs (trésorier, vice-présidents) qui le soutiennent dans la gestion des activités. La représentativité des diverses régions géographiques peut être réalisée au moyen de solutions opportunes également en dehors de la structuration rigide en Groupements nationaux.

La nécessité d’assurer un relief vraiment scientifique et culturel, avec la production de résultats informatifs d’avant-garde qui satisfassent aux exigences des personnes inscrites auprès de l’Association sous-entend de donner vie, enfin, à un Comité technico-scientifique qui coordonne l’activité d’étude de l’Association et prenne soin de la finalisation des projets.

Les congrès et les événements publics

Les Congrès doivent continuer à être une référence pour les activités de l’Intersteno, mais il est nécessaire de sortir de la logique qui n’est plus soutenable de Congrès du pays amphitryon qui comportent des risques financiers exagérés et ne parviennent pas à satisfaire les attentes générales des participants. Comme on cherche à le démontrer avec le Congrès de Rome, il est possible de prévoir des Congrès plus souples, abandonnant des schémas d’organisation liés uniquement à la tradition de l’Intersteno, mais privés d’une réelle portée scientifique et culturelle. Il faut plutôt s’assurer que le flux informatif se maintienne dans le temps au travers de l’utilisation massive des potentialités offertes par Internet et, éventuellement, d’une publication périodique. D’autres rendez-vous (séminaires, rencontres, réunions) pourraient être convoqués, si les conditions s’y prêtent, sur des thèmes d’intérêt spécifique, réservant aux Congrès les activités strictement associatives et la finalisation d’enquêtes, d’études, d’initiatives de nature scientifique et culturelle claire.

Les championnats mondiaux

Les championnats mondiaux continuent à représenter un motif important de rappel des jeunes générations et soulignent combien les progrès technologiques des instruments sont toujours liés aux capacités humaines. Il est donc nécessaire d’assurer le perpétuel ajustement des règlements de concours à l’introduction opportune de compétitions qui reflètent la mutation des temps. Cependant, les procédures qui, jusqu’à maintenant, ont réglé la définition des règlements de concours, si elles ont garanti une certaine participation des responsables nationaux dans la définition également des détails, elles ont bloqué l’efficacité et la rapidité des décisions qui représentent une valeur assurément plus précieuse. Le moment est venu de libérer l'organe exécutif de l’Organisation des discussions concernant des aspects tout à fait secondaires des concours qui peuvent tranquillement être laissés aux Présidents des jurys internationaux et à leurs collaborateurs, sauf toutefois la possibilité d’une vérification et d’une évaluation de la part du Comité central ou de quelque organe représentatif.

En outre, les règlements des concours devraient être, d’une fois à l’autre, adaptés aux exigences d’organisation qui pourraient changer selon le pays hôte ou les temps techniques accordés. D’un tel point de vue, des concours virtuels pourraient également être réalisés au moyen d’Internet, comme on imagine de le faire à l’occasion du Congrès de Rome.

Il est également opportun d’abandonner la division traditionnelle des jurys (dactylographie et sténographie) qui est limitative en ce qui concerne les problématiques liées à l’évolution des techniques et des technologies et comporte une dispersion des ressources (humaines en premier lieu). Qu’on pense, par exemple, à la possibilité  (pas exclue dans le règlement actuel) de participer au concours de dactylographie avec une machine de sténotypie ou même avec un programme de reconaissance vocale; qu’on pense à la nécessité de nommer des dicteurs, des contrôleurs, des jurés de dactylographie et de sténographie, etc. Bien que toutes ces personnes travaillent durant la plus grande partie du Congrès, il n’a pas été possible d’organiser un concours live avec projection sur écran, pour le public et pour la presse, des résultats en temps réel !

Dans la même optique, il faudrait travailler à la production d’un règlement unique des concours dans lequel seraient insérées les règles de base qui, à l’occasion de chaque édition, pourraient être spécifiées.

Conclusion

Le Président de l’Intersteno, soutenu par le Président du Comité d’organisation du Congrès  Intersteno 2003 et par le Groupement national italien tout entier soumet ce document à l’attention du Comité central afin d’obtenir des commentaires et des suggestions. À l’occasion du Comité central de Madrid (septembre 2002), une proposition formelle de réforme des statuts sera présentée.

Fausto Ramondelli

GF/Trad. 24.01.02

 



Contents copyrighted © by Gian Paolo Trivulzio except where otherwise noted.
Interface entirely developed and copyrighted © 2002-2017 by Marco Olivo.
All rights reserved.
In loving memory of Gian Paolo Trivulzio.